Menu

Selon la qualité de votre connexion web, le visionnage des vidéos ci-dessous peut être interrompu par des temps de téléchargements. Pour ne pas entrecouper le visionnage, lancer la lecture d’une vidéo, mettez-là sur pause quelques instants puis relancer la lecture

Thématique
« L'AMOUR ET LA SEXUALITÉ »
dans le DVD 1

Avec comme témoins du Lycée d’Enseignement Professionnel Jules Verne de Grandvilliers :

Anaïs Nortier, Christine Courcelles, Létice Nkaya-Mankou, Kévin Dault, Camille Le Calvez, Léa Houdry, Marion Guérout, Céline Caron-Grare, Laurine Lagache, Clément Namont, Lucas Laroche, Quentin De Almeda, Mandy Guilloiset une jolie voix anonyme pour le témoignage sur l’homosexualité

Avec comme témoins du collège Ferdinand Buisson de Grandvilliers :

Christophe Daire, Kenny Dupuich, Charline Lebel, Alexis Gorenflos, Myriam Dollershell, Elaura Bonnay, Corentin Gallais, Manon Caridroit et Ilona Massera

Montage : Prisca Baldet

Musique : Lucas Laroche

SE FAIRE AIDER, S’INFORMER

+ générique de toute la thématique 

Montage : Aurélien Manier

Pistes d’exploitation pédagogique :

Il existe encore aujourd’hui, des pratiques de prévention du VIH/SIDA et des Infections Sexuellement Transmissibles, qui n’abordent la question de la vie affective et sexuelle que sous l’angle de la prévention des grossesses précoces/non désirées et de la protection sexuelle.

Il était primordial pour les ados de se poser des questions en priorité autour de la vie affective d’abord : C’est quoi une relation amoureuse ? C’est quoi être aimé ? Est-ce facile de dire « Je t’aime » ? Vivre la rupture amoureuse…

Pour ensuite pouvoir aborder la question des premiers rapports sexuels : Qu’est-ce qui amène à vivre les premiers rapports sexuels ?

Et enfin la question de la protection sexuelle : Que peux-tu dire des préservatifs ?

Grâce au climat de confiance installé dans ce projet, nous avons eu la chance d’avoir une proposition spontanée de la part d’une jeune qui s’est proposée de témoigner à visage couvert autour de l’homosexualité : Comment vit-on son homosexualité à l’adolescence ?

Avec le scénario « La contraception : plus simple quand on en parle » Nous avons cherché à mettre en avant l’importance de pourvoir chercher et trouver de l’aide auprès des adultes et des pairs.

Il n’est pas toujours simple pour un ado (tout comme pour un adulte) de pouvoir s’exprimer sur la question de l’amour et de la sexualité, nous espérons que ces témoignages permettront de libérer une parole.

Ces interviews peuvent être introduites par un photo expression, être complétées par des mises en situation, du théâtre forum, une exposition, des jeux pour ensuite amener la question de la protection sexuelle.

Thématique
« L'AMOUR ET LA SEXUALITÉ »
dans le DVD 2

Avec comme professionnels interviewés :

  • Francine Duquet : professeur en sexologie /Université de Montréal – QUEBEC

  • Capucine Dubois : écoutante à « Fil Santé Jeunes » / rédactrice psychologue / l’École des Parents et des Éducateurs d’île de France

  • Jean Baptiste Lusignan : chargé de projets/ Crips île de France

  • Catherine Jouneau : conseillère conjugale et familiale / Centre de Planification ou d’Éducation Familiale (C.P.E.F.) du conseil départemental de l’Oise

Montage : Prisca Baldet

Musique : Lucas Laroche

Pensez-vous que la confiance soit une valeur primordiale dans un couple, pour les adolescents ?

Pensez-vous que la fidélité dans un couple soit importante aux yeux des adolescents ?

A-t-on toujours besoin d’être fidèle pour être heureux en couple ou peut-on s’épanouir en laissant une part de liberté ? 

Comment trouver le bon équilibre entre fusion et distance quand on est adolescent(e) ? 

‘Pour aller directement à l’une de ces questions, lancer la vidéo puis placer le curseur de votre souris sur la barre de progression à la durée correspondante.’

Comment les adolescents parviennent-ils à dépasser leur timidité pour exprimer leurs sentiments ?

En quoi une rupture peut-elle être douloureuse pour un(e) adolescent(e) ?

‘Pour aller directement à l’une de ces questions, lancer la vidéo puis placer le curseur de votre souris sur la barre de progression à la durée correspondante.’

ÊTRE AIME(E), DIRE JE T’AIME ET JE NE T’AIME PLUS…

Comment un ado sait-il que c’est le bon moment et la bonne personne pour un 1er rapport sexuel ?

Pensez-vous que les adolescents aient besoin de ressentir des sentiments pour avoir un 1er rapport sexuel ?

‘Pour aller directement à l’une de ces questions, lancer la vidéo puis placer le curseur de votre souris sur la barre de progression à la durée correspondante.’

Pourquoi est-on si mal à l’aise quand on achète des préservatifs ?

Pourquoi est-ce si compliqué d’utiliser un préservatif lors d’un premier rapport sexuel ?

‘Pour aller directement à l’une de ces questions, lancer la vidéo puis placer le curseur de votre souris sur la barre de progression à la durée correspondante.’

Est-il plus facile de vivre son homosexualité en 2014 que durant les années 80/90 ?

‘Pour aller directement à l’une de ces questions, lancer la vidéo puis placer le curseur de votre souris sur la barre de progression à la durée correspondante.’

+ + + VIDÉOS INÉDITES + + +

Plusieurs vidéos (non présentes sur le DVD2) figurent sur ce site Internet

Pistes d’exploitation pédagogique :

Amener les jeunes à verbaliser leurs représentations, à mieux appréhender les différentes dimensions de la sexualité (qui ne se limite pas à la génitalité, aux aspects anatomiques et aux risques liés à la sexualité). L’idéal serait de favoriser l’expression sur le plaisir, le désir, la séduction, les doutes, l’orientation sexuelle, l’attirance

Aborder la question de la sexualité uniquement par le biais de messages « négatifs » ne permet en aucun cas aux ados d’identifier les freins à la protection sexuelle.

Si nous ne laissons pas les ados s’exprimer sur les difficultés ou non à mettre un préservatif, à parler de contraception dans un couple, à se questionner sur le désir de grossesse, sur les raisons qui les amènent à consommer un produit psycho actif lors de relations sexuelles (ce qui les amène à multiplier les prises de risques), il nous semble que toute action de prévention soit vaine en terme de pertinence.
Il ne faut pas hésiter à leur demander ce qu’ils attendent d’une action de prévention et de « promotion de la santé sexuelle ».

C’est en les impliquant dans la mise en place d’un programme d’éducation affective et sexuelle qu’on pourra imaginer des projets vraiment « en phase » avec leur réalité et les messages pourront alors être véhiculés, être intégrés voire même modifier autant que faire se peut les comportements des adolescents.